Le rôle du son d’avoine par le docteur Dukan

Voici un extrait d’un article sur le son d’avoine par le Docteur Dukan :

 

  • Satiété et de réplétion

Tout d’abord, le son d’avoine, aliment le plus riche de la planète en fibres solubles et en pectine, possède la propriété d’absorber entre vingt et quarante fois son volume d’eau selon sa qualité. Cela signifie que lorsque vous avez consommé une cuillère à soupe de son et que vous avez pris la précaution de boire suffisamment, ce son occupera un volume important dans votre estomac puis dans votre intestin. C’est peu de dire qu’il participe à la réplétion gastrique et à la satiété et au rassasiement qui en découle. Estomac plein, qui s’en plaint, certainement pas ceux que l’appétit tyrannise et pousse à la faute.

 

  • Régulateur doux du transit intestinal

Une femme sur trois est constipée dont la moitié de manière chronique. Et la moitié de cette moitié vie à longueur d’année sous laxatif ! À propos, savez-vous comment fonctionne un laxatif, et notamment ceux qui sont suffisamment violents pour être encore opérationnels après des années d’usage ? Un tel médicament exerce sur la paroi du colon une irritation si mordante que la musculature sous-jacente qui compose la paroi du viscère se tord de douleur. C’est cette contraction là qui fait avancer le bol intestinal.

Parallèlement, on propose souvent “le son” aux constipés. Sans autre désignation, il s’agit du son de blé – tant celui d’avoine est encore peu connu en France. Ce son, à la différence de celui de l’avoine, est composé de fibres insolubles. Cela signifie qu’elles sont dures et irritantes pour des intestins souvent à vif et maltraités par les laxatifs.

Il en résulte une accentuation du symptôme. Résultats : des ballonnements, du météorisme et autres flatulences qui émaillent le quotidien des femmes constipées. À l’opposé, le son d’avoine, gorgé de son eau et de ses fibres douces, facilite le transit à condition de boire toujours simultanément pour lui permettre de remplir son rôle d’éponge intestinale.

  • Protéger du cancer du colon

Avec trente-six mille nouveaux cas diagnostiqués chaque année, il s’agit du plus fréquent des cancers. Peu de gens le savent et rares sont ceux qui le redoutent. Hélas, car c’est probablement le seul, avec le mélanome, que l’on peut être assuré d’éviter. Il suffit dune coloscopie régulière pour le découvrir et l’éliminer à un stade où il n’est encore qu’un simple polype et où il mettra à peu près sept ans pour se “cancériser”.

Le son d’avoine, fibre naturelle douce, joue ici aussi un rôle de protection avéré à la condition que sa prise soit régulière et associée à une bonne hydratation. Il doit cette action à son pouvoir d’interposition entre ce qu’il y a de cancérigène dans les matières fécales et la paroi du colon. Ce sont les polluants alimentaires dont la concentration augmente au fil des décennies, comme les métaux lourds dans le poisson (mercure, plomb, etc.), les pesticides de l’agriculture, les colorants, les additifs, les produits aromatiques issus de la cuisson des graisses (barbecues, fritures usées) et tous les déchets inévitables issus de l’industrialisation et de la pollution.

De plus, les fibres du son d’avoine sont non seulement bénéfiques pour ce quelles contiennent, mais aussi pour ce quelles ne contiennent pas et qu’elles savent capter et éliminer hors de l’organisme : des graisses, des sucres et des calories en excès.

 

  • Le son : produit minceur

Le son d’avoine, le produit minceur, de très loin, le moins cher du monde. À six euros le kilo. Et avec un kilo de son d’avoine, vous avez de quoi confectionner soixante à soixante-dix crêpes. Il est difficile d’être plus démocratique et plus accessible quand on sait que la plupart des compléments alimentaires qui sont loin d’avoir autant de propriétés sont vendus infiniment plus chers.

Au terme de cette enquête sur le son d’avoine, certains pourront se demander pourquoi cet aliment royal aux allures de panacée, n’est pas davantage connu et consommé en France.

Je leur répondrai par une analogie : le chemin de fer, l’électricité et le cinéma faillirent tous trois être abandonnés avant d’entrer dans l’histoire tant les mentalités sont longues à accepter l’innovation et le changement. L’avoine est une denrée inscrite dans la mouvance anglo-saxonne et quels que soient ses bienfaits, il mettra du temps à entrer dans nos murs.

Je vais maintenant vous décrire quelques recettes d’accommodation de cet aliment.
Ces recettes vont vous permettre de mincir plus facilement sans avoir faim tout en vous régalant. Votre cholestérol et toute ébauche de diabète n’ont qu’à bien se tenir. Si vous êtes constipée, votre transit intestinal va se régulariser en quatre à cinq jours. Et vous disposerez dans votre colon un isolant entre les déchets cancérigènes et les polluants environnants et la paroi de votre intestin en attendant votre prochaine coloscopie. Et vous ferez en même temps des économies de pâtisserie et de pizzeria.

 

  • La crêpe au son d’avoine

C’est cette crêpe qui est à l’origine de tout. C’est elle qui a séduit mes lectrices et mes lecteurs. Qui ma conduit à explorer cette voie et à l’étudier. C’est pour ma fille Maya que je lai découverte. Aussi belle que gourmande, elle rêvait dune minceur utopique lorsqu’elle était adolescente. Un matin, la voyant chercher son bonheur dans les placards de la cuisine, je sors un paquet de son d’avoine que j’utilisais pour me protéger du cholestérol. J’en prends une pleine cuiller à soupe que je mélange à une cuiller à soupe de fromage blanc, j’y ajoute une cuiller à soupe d’aspartame et un oeuf entier. Je mélange le tout dans un bol et sur une poêle anti-adhésive badigeonnée d’un Sopalin huilé. Je dépose le tout que je laisse dorer quelques minutes de chaque coté. La crêpe au son d’avoine était née.

En ce qui concerne l’oeuf, il est tout à fait possible de n’utiliser que le blanc. La crêpe sera aussi bonne et un peu moins rassasiante, mais tout dépend de l’usage que vous en ferez. Il est clair que si vous l’utilisez pour un problème de cholestérol ou de diabète, le blanc est incontournable.

 

  • La galette au son d’avoine

Si vous êtes plutôt du genre salé, c’est la galette qu’il vous faut.
Partez toujours du son d’avoine, du fromage blanc, de l’oeuf ou du blanc et là, au lieu de sucrer à l’édulcorant, ajoutez une pincée de sel, une autre d’herbes de Provence bien sèches et une pincée de graines de sésame et le tour est joué !

D’une manière générale, le son peut être intégré à de nombreuses recettes ou préparations : pâte à pain, beignets, quiches, gaufres, toutes sortes de gâteaux, etc. Vous pouvez en saupoudrer sur une salade, sur des légumes ou des pâtes en sauces…”